Accord met & vin : quel vin boire avec une salade d’été ?

Les Bouchons d’Anatole vous livre tous les conseils d’un accord met & vin de l’été réussi !

L’été, nous rêvons de fraîcheur, de léger, de piquant, de spirituel. Les températures grimpent, les plats chauds et copieux laissent place à de belles salades composées.

Mais quel vin choisir pour sublimer toutes vos salades d’été. Un des conseils des d’Anatole est de privilégier les vins issus des climats frais pour les grosses chaleurs (Beaujolais, Bourgogne, vallée de la Loire, Champagne…). Ce sont des vins vifs, légers dont les arômes nous évoquent des fruits frais et juteux.

  • Avec des tomates mozzarella basilic :

MOZZA

Indémodable, simple et pourtant si délicieux, le célèbre duo italien tomate/mozzarella associé avec quelques feuilles de basilic et une bonne huile d’olive symbolise à lui seul l’été. La salade caprese, ainsi appelée dans sa terre d’origine, est un parfait exemple d’équilibre culinaire. L’acidité rafraichissante de la tomate est en opposition avec le gras de la mozzarella. Cet ensemble est sublimé par l’intensité aromatique du basilic.

Pour accompagner ce plat emblématique, nous vous conseillons l’accord avec un vin blanc frais et très parfumé tel qu’un Provence. Les vins blancs de Cassis par exemple, sont reconnus pour leur équilibre en bouche et leur fraicheur aromatique. Les parfums fruités et floraux qu’ils délivrent font échos avec les saveurs de la tomate et du basilic. En bouche, ils ont la particularité d’offrir une très belle rondeur et présence. Ce côté onctueux enrichit ainsi la finesse de la mozzarella di Buffala.

Les Bouchons d’Anatole vous suggère un sauvignon blanc exceptionnel qu’il a déniché dans la petite mais très réputée appellation Oisly dans la Vallée de la Loire. Aromatique, minérale et très ample en bouche, La Coulée Galante du Domaine de Marcé s’accordera parfaitement avec cette salade Caprese. N’attendez pas pour tester cet accord, c’est magique !

  • Avec un melon jambon de parme

MELON

Le mariage melon-jambon de parme n’esquivera aucune saison estivale ! Ce plat d’entrée, servi frais et sans modération pendant tout l’été, offre un délicat mélange sucré / salé.

Pour faire des merveilles et sublimer cet accord, nous vous conseillons de privilégier un vin blanc, frais, légèrement sucré, agréable au palais et surtout très gourmand grâce à ses arômes de fruits frais. Ce style de vin s’accordera aussi bien avec le sucré du melon que le salé du jambon, mais l’assemblage des trois sera un vrai régal ! Le chenin dans la Loire, offre des vins moelleux très riche en bouche que l’on retrouve dans les coteaux de l’Aubance. Le muscat, aux arômes emblématiques de raisin croquant, offre des vins doux comme les Rivesaltes du Languedoc, ou encore des pétillants italiens tels que le moscato d’Asti. Enfin, n’oubliez pas qu’en Alsace, on trouve également des vins exceptionnels issus des vendanges tardives ! Fraicheur, vivacité, et gourmandise aromatique sur les fruits à chair blanche comme la poire et le coing : les clefs d’un accord met & vin réussi pour tenir tête à l’intensité du melon. Une véritable invitation gourmande tout en équilibre !

Maintenant que Les Bouchons d’Anatole vous ont donné leurs petits conseils accord met & vin, il ne vous reste plus qu’à sortir vos beaux saladiers et vous régaler !

Nos conseils pour bien déguster un vin rosé

À l’approche de l’été, les vins rosés envahissent les tables. À l’apéritif ou durant le repas, ils ont le vent en poupe et plaisent de plus en plus aux consommateurs du monde entier. Déguster un vin, c’est tout un rituel qui n’échappe pas à la dégustation du breuvage rosé. Voici quelques pistes pour apprendre à les apprécier.

 La robe des vins rosés : un nuancier de couleurs pour référence

848_400_400_shutterstock_49631512

Toute dégustation de vins commence par l’analyse visuelle. Elle est essentielle pour de nombreuses raisons, mais surtout parce que c’est la première ! De fait, elle influence les sensations suivantes et prédispose aux jugements.

La robe des vins rosés est fondamentale. Pour preuve, le nuancier de couleur mis en place par le Centre du Rosé qui combine le visuel avec la sémantique.

Les couleurs des vins rosés varient des teintes les plus colorées, framboise par exemple, aux teintes les plus claires. Ce sont ces dernières qui sont recherchées aujourd’hui dans le vin. La référence étant la couleur des vins des rosés de Provence : saumonée et très pâle.

L’analyse visuelle ne se définit pas seulement par la couleur du vin rosé ; elle serait trop incomplète. La limpidité du vin informe sur le degré de filtration ; les reflets donnent des informations sur l’évolution du vin. En effet, un vin rosé vieillissant perd ses nuances de rouge et commence à tendre vers le jaune. Une information importante pour le dégustateur avertie ! Brillance et transparence sont également des paramètres à prendre en compte car ils donneront envie ou non au consommateur d’aller plus loin dans la dégustation.

Le nez des vins rosés est fruité

La deuxième étape d’une dégustation de vin est l’examen olfactif. Le premier nez consiste à sentir le vin sans agitation pour avoir une première sensation des parfums. Le deuxième nez permet de percevoir des arômes plus discrets, complexes ou camouflés dans le vin, après aération, c’est-à-dire agitation du vin dans le verre.

Dans les vins rosés, le dégustateur trouvera essentiellement des arômes de fruits rouges : groseille, framboise, fraise, cerise… ; des arômes plus frais et acidulés d’agrumes : pamplemousse, citron, orange ; ou encore des notes de fleurs : pivoine, rose, frésia…Les plus exercés essaieront de définir ces arômes : fruits frais ? confits ? murs ?

Les vins rosés amènent de la fraicheur en bouche

8cb22a71-ce24-4ab8-aaf9-238b775231c4

En bouche, les vins rosés sont à priori légers et frais. L’équilibre de ces vins est construit autour des sensations d’acidité et de sucrosité. Dans les vins rosés, il faut une certaine acidité pour garantir de la fraicheur et apporter une pointe de vivacité. Côté arômes, les petits fruits rouges sont les plus communs, accompagnés de notes florales et d’épices douces : cannelle ou réglisse pour certains vins. L’acidité doit permettre de soutenir une finale longue et acidulée avec une fraicheur qui appelle à un second verre.

 

D’un pâturage pour brebis aux vignes des Agrunelles…

L’origine du Mas des Agrunelles c’est avant tout une rencontre entre Frédéric et Stéphanie, et l’envie ensemble de relever un défi : produire des vins élégants dans le sud de la France. Si Stéphanie est quant à elle fille de vignerons, ce n’est pas le cas de Frédéric. Et pourtant, toute l’histoire commence par les 4 premiers hectares de vignes que Frédéric plante en 2000 sur un pâturage pour Brebis…

steph-et-fred

Fraicheur et finesse dans les vins du sud ? Un défi à relever !

Tout commence derrière les cuisines du restaurant familial des Porro. Frédéric est alors chargé de la carte des vins. Épicurien et amateur avant tout, il est amené à déguster de nombreuses cuvées du Languedoc, proximité oblige, qui le laissent alors perplexe. L’excès de soleil et le manque d’eau donne selon lui des vins trop lourds et alcooleux. L’envie lui vient alors de créer sa propre cuvée de vin, avec un seul objectif en ligne de mire : fraîcheur et finesse.

Frédéric Porro

Fruit du hasard ou force du destin, il tombe sur une carte météo des bioclimats de l’Hérault et prend connaissance d’un OVNI climatique à Argelliers, entre le Pic Saint Loup et la ville d’Aniane, une zone fraiche à l’abris du mistral et de la tramontane, les deux principaux vents de la région. Les conditions climatiques y sont quasi bourguignonnes : des journées ensoleillées et des nuits rafraichissantes, il y a même des gelées printanières ! En somme, un climat pas toujours docile, où les rendements sont faibles mais quelle aubaine pour produire des vins élégants et équilibrés ! Frédéric se lance en 2000 et y plante multiples cépages sur ses 4 premiers hectares de vignes.

97978972

Cet engouement sans pareil pour produire une cuvée accessible, juteuse et authentique a certainement aidé Stéphanie, sa compagne, à se lancer pour reprendre de son côté le domaine familial, situé à 2 kilomètres à vol d’oiseau des vignes plantées par Frédéric. Ensemble, ils fondent le Mas des Agrunelles et profitent de la générosité des vignerons de la région pour apprendre et s’enrichir. Mais leur progression est surtout due à leur persévérance sur leurs innombrables expérimentations.

stephanie

Des micro vinifications pour trouver la perfection…

Elle même ne l’aurait pas cru, mais la vinification, c’est ce qui fait vibrer Stéphanie, « c’est la magie qui opère, nous n’ajoutons pas de sulfites dans la cuve mais simplement des fruits intacts, on voit alors le raisin se transformer en vin. Tous les jours on vient goûter, les arômes évoluent et d’un jour à l’autre ce ne sont jamais les mêmes ». D’ailleurs, Frédéric et Stéphanie ne lésinent pas sur les expériences en cave. L’investissement dans quelques petites cuves d’un contenant de 3 hectolitres leur permet de faire multiples micro vinifications. « Une seule vendange par an ne nous laisse le droit qu’à un seul essai. Si nous n’avions pas ces petites cuves, nous n’aurions pas le droit à l’erreur. Chez nous, on fait beaucoup de micro tests qu’on fait déguster à notre entourage, notamment lors de repas entre amis vignerons. D’ailleurs, notre première approche était variétale, on vinifiait par cépage en faisant des cuvées 100% syrah, 100% carignan… Puis au fil de nos expériences, nous avons compris que l’alchimie prenait lorsque nous vinifions nos cuvées par terroir », nous explique Stéphanie. Le Mas des Agrunelles compte ainsi aujourd’hui 12 cuvées différentes à l’image de ses 12 îlots parcellaires.  12 cuvées peuvent sembler disproportionné par rapport à la taille du domaine qui comptabilise aujourd’hui 25 hectares.

fred

L’Indigène, un extraverti truculent et envoûtant… On n’y résiste pas !

L’Indigène, cuvée coup de cœur de l’équipe des Bouchons d’Anatole est issue d’un terroir exposé nord, nord-ouest où sont plantées des vignes de Syrah, Grenache et Carignan. Un vin qui nous a provoqué une émotion extraordinaire dès la première dégustation. C’est un vin plein de caractère où les arômes de fruits mûrs sont relevés par les épices et complexifiés par une touche de violette. La bouche est généreuse et gourmande mais le point d’honneur est mis sur la fraîcheur et la finesse. Cette cuvée est vinifiée sans ajout de levures chimiques, mais uniquement avec des levures communément appelées « indigènes », des levures imprégnées des alentours. Ainsi, tout ce qui se pose sur la peau des raisins auront une influence sur les arômes et le caractère de la cuvée. Stéphanie est catégorique, « les levures naturelles sont différentes d’un terroir à un autre, elles participent donc au caractère unique de chacune de nos cuvées. »

indigene

L’agriculture biologique n’est pas un choix mais une évidence.

Stéphanie nous raconte l’origine de ce déclic pour Frédéric. Passionné de chasse, il prend très vite conscience de la dangerosité des produits chimiques sur la biodiversité lorsque les lapins morts ont commencé à se multiplier dans les champs ayant été désherbés. D’ailleurs, il affirme qu’il n’y a plus de petits gibiers dans les rangs de vignes qui utilisent encore des produits chimiques. Le couple est radical, « il est hors de question de nous empoisonner et de dégrader notre environnement ». Stéphanie ajoute que « c’est quand même plus simple d’être en bio dans le sud de la France qu’en Bourgogne ou en Champagne ! Ici, dans nos vignes, nous n’avons pas de maladies dues à la météo ». 

Mas des Agrunelles

Une vigne plus vigoureuse grâce à la Biodynamie.

C’est donc naturellement qu’ils se sont tournés vers la Biodynamie. Ils commencent leurs premiers tests en 2010 en aspergeant sur les plants de vignes des préparations à base de bouse et de cornes. Stéphanie nous explique que ces préparations servent à booster le sol et le rendre plus énergique. Cette manipulation est renouvelée deux à trois fois par an sur des temps courts définis suivant le calendrier biodynamique. Les premiers résultats se montrent au bout de trois ans, la vigne se porte incontestablement mieux, elle est plus vigoureuse et donne de meilleurs rendements. Le Mas des Agrunelles est en court de certification Biodyvin mais Stéphanie reconnaît que cette nouvelle approche de la viticulture est assez complexe et qu’ils ont encore besoin d’approfondir leur formation pour de nouvelles expérimentations.

Comment réagir lorsqu’un invité vous offre une bouteille de vin pour votre dîner ?

dîner entre amis

Le scénario n’a rien d’original :  vous avez prévu de recevoir vos amis pour dîner. Côté cuisine, cela fait déjà quelques jours que vous réfléchissez aux mets qui raviront les papilles de vos convives. Côté cave, vous avez soigneusement sélectionné les plus belles pépites d’Anatole pour proposer de chouettes accords mets & vins. Mais au moment venu, votre invité vous tend, fier de lui, la toute dernière tendance de l’été : une bouteille de vin bleu !

Évidemment, vous êtes RA-VI d’étoffer votre palais vers de nouvelles saveurs. Vous restez cependant perplexe face à votre souris d’agneau que vous avez, depuis 12 heures, fait confir avec quiétude. Vous songez ensuite à votre bouteille de Bourgogne Hautes-Côtes-de-Nuits qui aurait fait un accord parfait. Que faire ? Ouvrir votre bouteille et faire profiter vos convives d’une pépite au risque de vexer votre invité ? Ou ouvrir la bouteille de votre invité pour lui montrer que vous aimez son vin révolutionnaire (au risque que votre jeu d’acteur ne soit pas si convaincant) ? Il n’y a pas de solution miracle pour se sortir de ce joli pétrin, en revanche nous pouvons vous suggérer quelques issues de secours en guise de compromis.
Continuer la lecture de Comment réagir lorsqu’un invité vous offre une bouteille de vin pour votre dîner ? 

Mets & vins : quel accord avec un Burger ?

accord mets & vins

Un burger pré-cuit avec un soda dilué, ça vous fait rêver ? Enfin ça c’était avant ! Aujourd’hui, les recettes se multiplient et se déclinent à l’infini. On n’a plus peur de dire que burger peut rimer avec gastronomie. On peut être un fin gourmet sans pour autant considérer le burger comme un blasphème à la bonne bouffe. En effet, s’il est fait maison, préparé à la minute et dégusté avec un bon vin, l’idée du fast food laisse place à un plaisir de table délicat.

Continuer la lecture de Mets & vins : quel accord avec un Burger ? 

Il était une fois les vendanges…

 

Les vendanges

Les vendanges est l’étape tant attendue de la vie de la vigne. Celle où l’on récolte enfin le raisin pour en faire du vin ! Cette année, quelques viticulteurs, tire une mine grise. Il faut dire que la météo n’a pas été clémente avec eux. La production de vin française devrait baisser de 10% par rapport à l’année dernière. Mais là n’est pas le sujet, aujourd’hui on vous raconte la belle histoire des vendanges…

Continuer la lecture de Il était une fois les vendanges… 

La musique et le vin : quel lien scientifique ?

la musique et le vin

On le sait, à chaque plat son vin… Et à chaque vin son plat. Mais désormais, les études se multiplient sur un nouvel accord, plus étonnant : la musique et le vin. Et le résultat est sans appel. Selon le professeur Adrian North, « les participants semblent goûter le vin d’une manière cohérente avec les connotations musicales ».

Continuer la lecture de La musique et le vin : quel lien scientifique ? 

Il était une fois Paris, capitale française du vin…

Paris et le vin

Il était une fois Paris, capitale française du vin…

Le début des vignobles en Île-de-France date du 3ème siècle et atteint son apogée au 18ème siècle. En effet, Paris produisait à l’époque plus de vin que le Bordelais et la Bourgogne, c’est pour dire !

Petit tour d’horizon des lieux qui ont marqué l’histoire de Paris et le vin.

Montmartre

Les vignes Montmartroises sont sans doute les plus anciennes de Paris. En effet, elles furent plantées au 12ème siècle par les dames de l’Abbaye sur les ¾ de la butte. Cependant, à la fin du 19ème siècle, devant l’appétit féroce des promoteurs immobiliers, les habitations prirent le pas sur les vignes. Heureusement, elles sont sauvées par l’Association des Communes Libres de Montmartre.  En 1934, ils célèbrent leur sauvegarde en organisant à nouveau les vendanges. Continuer la lecture de Il était une fois Paris, capitale française du vin… 

Vin : trucs et astuces de l’été

Vin : Trucs et astuces de l'été

L’été, on veut du léger, du piquant, du spirituel. Des vins qui se font l’écho de nos conversations mais sans vraiment prendre la parole.  Dans cette Bouchonnade, nous vous livrons les trucs et astuces dédiés à la consommation et à la conservation du vin l’été.

Comment refroidir une bouteille in extremis ?

Anatole vous livre son secret pour devenir le roi de l’apéro dernière minute. Il vous faut un seau à glace rempli de glaçons (ou un seau tout court…), un peu d’eau fraîche pour faciliter l’immersion de la bouteille et l’ingrédient magique qui va radicalement métamorphoser la recette : du SEL ! Au contact de la glace, le sel va créer une réaction chimique, « la cryoscopie » (Anatole se la joue intello) qui va refroidir votre bouteille en un rien de temps !

Continuer la lecture de Vin : trucs et astuces de l’été 

Top 10 des attitudes à adopter pour déguster un vin et briller en société !

 

dégustation vin

Vous vous êtes toujours demandé à quoi vous ressembliez en société lors d’une dégustation de vin parmi des grands connaisseurs ? Voici une liste non exhaustive d’attitudes ou d’expressions a adopter, si vous aussi, vous voulez avoir l’air de vous y connaître !

  1. On le déshabille du regard.

D’abord, pour commencer une dégustation en ayant l’air d’un pro, le premier sens à éveiller est la vue. Pour cela, inclinez votre verre (pas trop non plus sinon il finira sur les pieds du voisin, et ça, c’est pas pro) et admirez sa robe.

  1. Pas de trace de doigts sur le haut du verre.

Tout bon épicurien qui se respecte doit tenir son verre par le pied et non comme on tient un verre d’eau.

  1. Ce rythme qui t’entraîne …

On va maintenant mettre un deuxième sens en éveil : l’odorat. Pour cela il faut faire valser votre vin. C’est simple, vous posez votre verre sur la table, et vous le faites tourner lentement. Et on insiste bien sur le LENTEMENT, le but n’étant pas de repeindre les murs. Ce geste vous permet de mélanger l’air au vin pour en apprécier toutes les notes et les diffuser hors du verre. On fait danser le vin jusqu’au bout de la nuit. Continuer la lecture de Top 10 des attitudes à adopter pour déguster un vin et briller en société !